Le climatiseur: Au frais chez soi et dehors !

La saison chaude est finalement arrivée et tous désirent en profiter, sans toutefois se voir incommoder par la chaleur, qui nous laisse détrempés. Afin de nous retrouver au frais le plus rapidement possible, nous allons souvent avoir recours au climatiseur. Celui-ci est pratique, facile d’accès et simple à utiliser. Cependant, le climatiseur n’a pas que des avantages. Voici quelques informations qui vous sont peut-être inconnues et des façons alternatives pour rester au frais dans le confort de votre résidence, ainsi que lors de vos activités extérieures.

Le climatiseur; une brise de fraîcheur, et quoi d’autre?

Le climatiseur est une machine qui a principalement comme but de refroidir l’air local. Cet appareil est composé d’un évaporateur, qui est placé dans la pièce que l’on veut tempérer, et d’un condenseur, lui placé à l’extérieur (sauf pour les appareils portatifs). À l’intérieur de quoi, il y a également un fluide, dit frigorigène sous forme gazeuse et liquide, qui est essentiel pour un bon fonctionnement.  

Ce fluide qui sert à refroidir notre maison est malheureusement par le fait même en train de réchauffer l’air extérieur! Voici comment : le fluide réfrigérant, au début, est sous forme de gaz et est chauffé à haute pression avant d’être envoyé dans un conduit du climatiseur. Lorsqu’il atteint le condenseur, une partie est libérée maintenant en état liquide à l’extérieur de la résidence. Pendant ce même instant, l’autre partie du liquide non évacuée redevient liquide et se dirige dans le détenteur qui l’a refroidi avant d’entrer dans un compartiment nommé détenteur. Par la suite, envoyée dans l’évaporateur, le liquide est refroidi davantage, à basse pression, et s’évapore en se répandant dans la pièce tout en absorbant la chaleur qui s’y trouve. Puis le même cycle recommence. Outre la consommation importante d’énergie, vous comprenez où se situe le problème; l’échappement du fluide sous forme de gaz très chaud. D’une part, on réchauffe l’extérieur. Lorsque des milliers d’appareils rejettent leur chaleur à l’extérieur, cela peut augmenter la température moyenne d’environ 1.5 degré Celsius. D’autre part, même s’ils sont inévitables dans les équipements de climatisation, les fluides frigorigènes qui s’échappent ont un potentiel de réchauffement planétaire très considérable soit supérieur au à celui du CO2.

Quelles sont les solutions qui s’offrent à nous?

Réduire notre utilisation du climatiseur

On utilise le climatiseur que lors de chaleurs extrêmes, et que lors de courtes durées. Une fois l’air refroidi, on éteint l’appareil et l’on évite de laisser l’air frais s’échapper.

Des rideaux fermés pour diminuer l’effet de serre

En fermant vos rideaux, vous créez une sorte de blocage à la chaleur reflétée sur vos fenêtres. Ceci a pour effet de garder la chaleur hors de la pièce et par conséquent, garde l’air ambiant plus tempéré.

Le ventilateur classique

Vous pouvez vous munir de plusieurs ventilateurs. Certains au plafond et d’autres sur pied. En gardant les portes des pièces ouvertes (avec un arrêt de porte), vous réussirez à maintenir la température sur l’ensemble de l’étage à un niveau confortable.

Les fenêtres; ouvertes en alternance

Les nuits sont souvent plus fraiches. Profitez pour dormir les fenêtres grandes ouvertes. En plus d’aérer, vous profitez de l’air frais de la nature. C’est pratique et économique !

Planter des arbres et haies

Une solution jumelée à l’une, ou plusieurs solutions proposées, peut s’avérer un grand apport surtout à long terme. De bels arbres et des haies matures, en plus d’agrémenter la façade de votre logis, ces derniers forment une barricade naturelle.

Opter pour un climatiseur plus écologique

Il existe des alternatives aux fluides frigorigènes, tout aussi efficaces et moins néfastes pour notre environnement. En utilisant des fluides naturels, nous réduisons notre impact sur le réchauffement climatique tout en restant au frais. Voici quelques-uns qui valent la peine d’être considérés : L’ammoniac, l’hydrocarbure (propane ou butane), l’eau supercritique et le dioxyde de carbone.

Corédaction : Andrew Janelle, Sabine Sandaire
et Martine St-François

Crédit photo: Carlos Lindner

Références

Comment ça marche: le climatiseur | Planète Énergies

Fluides frigorigènes à fort GWP: Quelles sont les alternatives ?